Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Le système hologrammique

jeudi 7 février 2008 par Administrateur

- 1. Historique [1]

En 1917, Albert EINSTEIN postule la possibilité théorique d’un rayon LASER [2].

En 1947, Dennis GABOR, en employant des techniques de calcul, décrit la possibilité théorique d’une photographie en trois dimensions (en relief), qu’il appelle holographie (holos en grec = tout ; graphein en grec = écrire) [3]. En 1971, il reçoit le Prix Nobel de Physique.

En 1965, Emmet LEITH et Juris UPATNICK annoncent qu’ils ont construit avec un rayon laser des hologrammes, c’est-à-dire des images obtenues par holographie [4].

En 1969, Karl PRIBRAM, neurochirurgien à Stanford, travaille sur la mémoire et le fonctionnement du cerveau. Ses recherches l’amènent à conclure que le cerveau fonctionne comme un hologramme et que l’hologramme offre un puissant modèle [5] des processus cérébraux.

En 1971, le physicien David BOHM qui avait travaillé avec Albert EINSTEIN abonde dans le sens de la théorie de PRIBRAM et propose une organisation holographique de l’univers. PRIBRAM stipule que notre cerveau se comporte comme un hologramme et que la vraie réalité se trouve dans l’énergie que détectent nos sens et pas dans les objets que nous appelons réels. Pour lui, nos sens créent l’illusion du monde qui nous entoure.

PRIBRAM et ses collaborateurs furent également les premiers à utiliser des modèles obtenus par ordinateur pour comprendre des aspects du comportement et de la pensée. L’une des constatations les plus intéressantes et étonnantes fut la découverte que les centres moteurs du cerveau participent tant au mouvement qu’aux processus de pensées précédant ces mouvements.

- 2. Définition

L’hologramme est l’enregistrement sur un film à grain très fin d’image optique tridimensionnelle réalisée à l’aide d’un faisceau laser.

A l’inverse d’une photographie qui enregistre uniquement l’intensité d’une onde lumineuse réfléchie par un objet (et qui produit donc des zones plus claires et plus sombres sur le film), un hologramme enregistre l’intensité et la direction de la lumière (ce qu’on appelle la phase).

- 3. La création d’un hologramme

Pour créer un hologramme, on utilise une source lumineuse de lumière cohérente (= un faisceau laser) dans laquelle toutes les ondes oscillent en phase.

Ce faisceau traverse une lentille, expose le film holographique et éclaire ensuite l’objet.

De même, la lumière réfléchie (nommée faisceau objet) expose le film.

Le faisceau de référence et le faisceau objet créent une interférence et forment une figure d’interférence (en rouge dans les dessins).

L’information sur l’intensité et la direction est contenue dans cette figure d’interférence entre le faisceau de référence du laser et l’onde réfléchie par l’objet.

Après l’enregistrement, lorsqu’on éclaire le film holographique avec de la lumière blanche, la figure d’interférence agit comme de nombreux et minuscules miroirs placés à des angles divers. Ces miroirs réfléchissent la lumière à la surface de l’hologramme dans la même direction que celle réfléchie par l’objet filmé au départ. Cette image que l’observateur voit a la particularité d’être en relief, en trois dimensions.

- 4. Sources

Ken WILBER, Le paradigme holographique, éd. EVEIL, 1984 (ISBN 2-8904-4169-5)

Stephen BENTON, Les hologrammes, Pour la Science n°245, 1998, p. 107

Michael TALBOT, L’univers est un hologramme, éd. PRESSES POCKET, 1994 (ISBN 2-89044-169-5)

- 5. Pour aller plus loin

Taoufiq FECHTALI, Cerveau et conscience, cours de neurophysiologie

Karl PRIBRAM, Brain and perception - Holonomy and structure in figural processing, 1991. éd. LAWRENCE ERLBAUM ASSOCIATES (ISBN 0-89859-995-4)

[1Ken WILBER, Le paradigme holographique, éd EVEIL, 1984, pp. 1-34

[2LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation = amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement.

[3Holographie = méthode d’enregistrement et de reproduction des images en trois dimensions, utilisant les interférences de deux faisceaux laser.

[4Le mot hologramme a deux acceptions : soit l’image obtenue par holographie, soit (par extension) le support sur lequel cette image est enregistrée.

[5Un modèle est une représentation simplifiée de la réalité.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5619 / 593520

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Concepts de base de la biologie totale des êtres vivants (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License