Institut Belge de Biologie Totale des Êtres Vivants

Lawrence LeSHAN

samedi 2 mai 2009 par Administrateur

- 1. Biographie

Lawrence LeSHAN (1920-) est un psychologue américain qui, depuis 40 ans, consacre sa vie à l’étude des liens entre psychisme et cancer.

Pendant cinq ans, il a travaillé comme psychologue dans l’armée américaine.

Dans les années quatre-vingt, LeSHAN s’est intéressé plus particulièrement aux psychothérapies de support appliquées aux cancéreux, un domaine où il est considéré comme pionnier [1].

Il a publié seize livres dont « Vous pouvez lutter pour votre vie » traitant de psychologie et de cancer. [2].

Il a aussi publié une centaine d’articles dans de nombreux journaux professionnels dont « Journal of the National Cancer Institute », « Journal of Nervous and Mental Disorders », « American Archive of Psychiatry », « American Journal of Psychotherapy », « Advances in Mind-Body Medicine », etc.

Il a dirigé plusieurs projets de recherches et reçu des récompenses professionnelles : « the Norman Cousins Award for Development of Human Relations in Psychology and Medicine », « the Center for Integrative Cancer Therapies Award for Advancing Patient Participation in Their Own Treatment », « the Pathfinder Award » de l’Association of Humanistic Psychology et le « Gardener Murphy Award ».

Il vit toujours, à New York.

- 2. L’apport de LeSHAN

A l’époque de la rédaction de « Vous pouvez lutter pour votre vie » (publié en anglais en 1977 – traduit en français en 1982), livre grand public, où il publie ses résultats de recherche, LeSHAN avait déjà 20 ans de recul comme psychothérapeute travaillant avec des cancéreux [3].

LeSHAN a effectué des études de personnalité sur 455 cancéreux et des thérapies en profondeur avec 71 patients parvenus au « stade terminal de la maladie ».

L’étude approfondie de la personnalité de centaines d’individus atteints de cancer lui permettent d’affirmer en toute certitude que la présence d’un cancer chez un individu est généralement le signe que quelque chose cloche dans sa vie.

Presque tous les cancéreux qui se sont adressés à LeSHAN pour une thérapie étaient arrivés au stade terminal de leur cancer. Dans la majorité des cas, ils n’avaient que très peu de chances de survie.

- 2.1. Méthodologie

LeSHAN s’est donné pour tâche d’aider ces patients, au moyen d’une psychothérapie, à retrouver leur désir de vivre ou à le renforcer [4]. Elle a consisté à déterminer ce qui n’allait pas dans leur personnalité, à découvrir les causes profondes de cette orientation psychologique qui empêche de nombreux cancéreux d’utiliser toutes leurs ressources morales pour combattre le « quelque chose » qui joue un rôle clé dans le développement du cancer.

Dans une première phase, LeSHAN a rassemblé des matériaux sur la personnalité du cancéreux.
A cet effet, LeSHAN a utilisé 3 tests [5] :

- test de RORSCHACH ;
- le TAT ;
- le WORTHINGTON Personal History [6], [7], [8], [9] ;

Finalement, il adopte le dernier.

Dans une deuxième phase, quand il sent qu’il a acquis une connaissance de base suffisante des problèmes inhérents aux cancéreux, LeSHAN décide de voir de nombreux malades sur une base de psychothérapie individuelle intensive [10].

Dans une troisième phase, LeSHAN essaye de prédire la présence d’un cancer parmi des individus. Pour cela, il prend 28 dossiers dont les patients avaient rempli le formulaire de WORTHINGTON Personal History.

- 2.2. Les données recueillies

2.2.1. Les groupes de patients

Chronologiquement, il y a eu trois groupes de patients :

- un groupe de patients dont il a testé la personnalité, pour trouver des « invariants » dans la personnalité des patients cancéreux ;

- un groupe de patients qui ont suivi une psychothérapie intensive avec lui ;

- un groupe de patients (atteints d’un cancer ou non) pour valider si le test utilisé permet de déterminer quelle personne est cancéreuse ou non ;

2.2.2. Le résumé des données

2.2.2.1. Les tests de personnalité

Après avoir essayé le test de RORSCHACH et le TAT, son choix se fixe sur un autre test , le WORTHINGTON Personal History, qui se prête mieux – selon lui – à son étude.

Sur base de ce test, il trouve que les patients cancéreux avaient les caractéristiques suivantes :

  • le patient avait perdu toute raison d’être (autrement dit sa raison de vivre) [11] ;
  • le patient avait vécu une perte d’une relation capitale ressentie et vécue comme catastrophique [12] ;
  • le patient ressentait une vie perçue comme dépourvue de sens et n’ayant aucune valeur [13] ;
  • le patient avait une incapacité à exprimer sa colère ou son ressentiment [14] ;

2.2.2.2. Les facteurs psychologiques rencontrés par Lawrence LeSHAN

Lawrence LeSHAN étudie trois facteurs :

  • l’influence de la perte d’une relation vitale et cancer.
  • la capacité d’exprimer de l’hostilité et cancer.
  • la tension due à la mort d’un parent.
Cancéreux
Perte d’une relation vitale 109 (72%) 15 (12%)
Pas de perte d’une relation vitale 43 110
Total 152 125
p = 0,00000001, X² = 98,91, OR =18,59
Tableau 1 : L’influence de la perte d’une relation vitale et cancer
Source : LeSHAN 1977 [15]

Conclusion des résultats : le groupe de patients cancéreux montrent une fréquence plus importante d’une perte d’une relation vitale.

Cancéreux
Incapacité d’exprimer de l’hostilité 71 (47 %) 31 (25%)
Capacité d’exprimer de l’hostilité 81 94
Total 152 125
p = 0,0001 X² = 14,15 OR = 2,66

|Tableau 2 : La capacité d’exprimer de l’hostilité et cancer|||
|Source : LeSHAN 1977 [16]|||

Conclusion des résultats : le groupe de patients cancéreux montrent de manière plus fréquente une incapacité d’exprimer de l’hostilité.

Cancéreux
Tension due à la mort d’un parent 58 (38 %) 13 (11%)
Pas de tension due à la mort d’un parent 94 112
Total 152 125
p = 0,0000001 X² = 27,73 OR = 5,32
Tableau 3 : La tension due à la mort d’un parent
Source : LeSHAN 1977 [17]

Conclusions des résultats : le groupe de patients cancéreux montrent de manière plus fréquente une tension due à la mort d’un parent.

2.2.2.3. La prédiction d’un cancer par un test psychologique

Par après, LeSHAN essaye de voir si le « test de WORTHINGTON Personal History » peut avoir une valeur prédictive (« est-ce que je peux prédire un cancer chez quelqu’un qui remplirait les questions de ce test ? »). Pour cela, il demande à consulter les dossiers remplis par des patients cancéreux et non cancéreux [18].

Voici les résultats :

- 15 dossiers sont remplis par des patients avec un cancer
- 13 dossiers sont remplis par des sujets d’un groupe témoin (5 individus en bonne santé, 3 avec une hyperthyroïdie, 5 autres souffrant d’artériosclérose, d’allergies, de psoriasis, de dermatite et d’obésité)

Groupe cancéreux (N = 15)Groupe témoins (N = 13)
4 cancers de la peau 5 individus en bonne santé
3 cancers du sein 3 hyperthyroïdies
1 cancer de la thyroïde 1 artériosclérose
1 cancer du rectum 1 allergie
1 cancer de la langue 1 psoriasis
1 cancer de l’estomac 1 dermatite
1 cancer du côlon 1 obésité
1 cancer de l’utérus
1 cancer du col de l’utérus
1 cancer du système lymphoïde

Sur la seule base des trois facteurs psychologiques mentionnés, LeSHAN s’est efforcé de découvrir qui était atteint d’un cancer et qui ne l’était pas.

Test positifTest négatif
Cancer 14 1 15
Pas de cancer 3 10 13
17 11
p = 0,0001 X² = 14,41 OR = 46,67
Tableau 4 : prédiction d’un cancer par le résultat du questionnaire

- 2.3. Interprétation

Les résultats de LeSHAN démontrent :

- que la perte d’une relation vitale est plus fréquente chez le cancéreux que chez le non cancéreux (p = 0,0000001) ;

- qu’il existe une incapacité à exprimer son hostilité plus fréquente chez le cancéreux que le non cancéreux (p = 0,0001) ;

- qu’il existe une tension due à la mort d’un parent plus fréquente chez le cancéreux que le non-cancéreux (p = 0,0000001) ;

- qu’il est possible de prédire un cancer par une série de questions d’ordre psychologique (p = 0,0001).

Pour lui, le cancer est synonyme d’un dysfonctionnement psychologique. Compte tenu du profil de ses patients cancéreux, il les aide à renforcer leur désir de vivre, à retrouver goût à la vie.

Il développe l’idée que le désir de vivre et de s’épanouir sont les signes d’un bien meilleur pronostic. Il estime que l’état psychologique des patients joue un rôle souvent déterminant dans l’évolution de la maladie.

En 1977, beaucoup de patients suivis sont encore en vie, de nombreuses années après que leur cas eut été jugé médicalement sans espoir.

- 3. Sources

La source principale de cet article est le livre de LeSHAN (1982) .

- 4. Œuvres

Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie - les facteurs psychiques dans l’origine du cancer, éd. ROBERT LAFFONT, 1982 (ISBN 2-22100870-7)

Lawrence LeSHAN et Eda LeSHAN, Psychotherapy and the Patient with a limited life span

- 5. Pour aller plus loin

Pour les internautes intéressés par les mathématiques, citons un site internet qui permet de faire les calculs statistiques.

Icône pdf Virginie PONCELET, Cancer et histoire de vie : la part psychosomatique, Thèse UCL 2007 (voir le chap. IV consacré à LeSHAN et BAHNSON, Le parcours existentiel du cancéreux).

Lawrence LeSHAN, Mobilizing the life force, Ann N Y Acad Sci. 1969 Dec 19 ;164(3), 847-61.

Lawrence LeSHAN, An emotional life-history pattern associated with neoplastic disease, Ann N Y Acad Sci. 1966 Jan 21 ;125(3), 780-93.

Lawrence LeSHAN, Present views in psychosomatic cancer research, J Am Soc Psychosom Dent Med. 1962, 9, 76-82.

Lawrence LeSHAN, Cancer mortality rate. Some statistical evidence of the effect of psychological factors, Arch Gen Psychiatry. 1962, 6, 333-5.

Lawrence LeSHAN, Eda LeSHAN, Psychotherapy and the patient with a limited life span, Psychiatry, 1961, 24, 318-23.

Lawrence LeSHAN, Some methodological problems in the study of the psychosomatic aspects of cancer, J Gen Psychol. 1960, 63, 309-17.

Lawrence LeSHAN, M. REZNIKOFF, A psychological factor apparently associated with neoplastic disease, J Abnorm Soc Psychol., 1960, 60, 439-40.

Lawrence LeSHAN, S. MARVIN, O. LYERLY, Some evidence of a relationship between Hodgkin’s disease and intelligence, Arch Gen Psychiatry, 1959, 1, 477-9.

Lawrence LeSHAN, Psychological states as factors in the development of malignant disease : a critical review, J Natl Cancer Inst. 1959, 22(1), 1-18.

Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Personality as a factor in the pathogenesis of cancer, Br J Med Psychol, 1956, 29, 49-56.

Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Some recurrent life history patterns observed in patients with malignant disease, J Nerv Ment Dis, 1956, 124 (5), 460-465.

Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Some psychologic correlates of neoplastic disease : a preliminary report, J Clin Exp Psychopathol., 1955, 6 (4), 281-8.

[1Ses recherches en tant que pionnier dans l’implication des facteurs psychologiques l’ont fait surnommer « père de la médecine du corps et de l’esprit » (« The father of mind-body medicine »).

[2Ses livres sont traduits en quatorze langues.

[3Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 14.

[4Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 14.

[5Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, pp. 26-28.

[6Lawrence LeSHAN, Psychological states as factors in the development of malignant disease : a critical review, J Natl Cancer Inst. 1959, 22(1):1-18.

[7Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Personality as a factor in the pathogenesis of cancer, Br J Med Psychol, 1956, 29, p.49-56.

[8Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Some recurrent life history patterns observed in patients with malignant disease, J Nerv Ment Dis, 1956, 124 (5), p.460-465.

[9Lawrence LeSHAN, R. WORTHINGTON, Some psychologic correlates of neoplastic disease : a preliminary report, J Clin Exp Psychopathol., 1955, 6(4), 281-8.

[10Lawrence LeSHAN Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 32.

[11Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 32.

[12Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 33.

[13Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982,p. 33.

[14Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 34.

[15Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 37 (le livre est paru en 1977 en anglais).

[16Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 37 (le livre est paru en 1977 en anglais).

[17Lawrence LeSHAN, Vous pouvez lutter pour votre vie, éd. ROBERT LAFFONT, 1982, p. 37 (le livre est paru en 1977 en anglais).

[18C’est l’équivalent d’une « étude cas-témoins ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3709 / 586899

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Présentation  Suivre la vie du site Présentation de la BTEV  Suivre la vie du site Les précurseurs de la biologie totale des êtres (...)   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License